Edition 2020

Programme 2020

L’ÉDITION 2020

La seconde édition de la Biennale de l’Image Tangible concentre son calendrier sur le mois de novembre 2020. Elle conserve son ancrage dans le 20e arrondissement suivant l’idée déjà plébiscitée par le public d’un parcours artistique dans l’Est parisien. Sa programmation s’articule autour d’une exposition curatée par les organisateur.trice.s de la Biennale, et de dix expositions réunissant les artistes lauréat.e.s de l’appel à projet (février – mai 2020), sélectionné.e.s par un jury de professionnel.le.s du monde de l’art, de l’image et de la photographie, ainsi que d’un projet in situ dans l’espace public, d’un prix Instagram et d’une journée de conférences sur la photographie contemporaine.
Photographes ou plasticien.ne.s, les artistes exposé.e.s mettent en exergue des images détournées, déconstruites, reconstruites, falsifiées, ou travaillent sur la matérialité de l’image. Ils.Elles sont porteur.se.s d’idées photographiques innovantes tant sur les sujets que les méthodes employées.

Une exposition phare / novembre

L’exposition phare, curatée par les organisateurs de la Biennale, réunit une dizaine d’artistes français et internationaux.
Cette année, dix artistes sont invité.e.s à interroger le devenir de notre société, et l’effacement de l’être humain, à travers les technologies numériques, les outils de contrôle et l’urbanisme.

Dix expositions satellites / novembre
Suite à l’appel à projet ouvert du 15 février au 9 mai 2020, 30 projets seront sélectionnés par un jury indépendant de professionnel.les du monde de l’art et de la photo, et exposés dans les lieux partenaires de la Biennale (Paris, 20e).
La liste des lieux et galeries sera bientôt annoncée.
 
Un prix du public Instagram / 01 – 31 Octobre
Le la lauréat.e sera annoncé.e le jour de l’ouverture de la Biennale. Une production photographique lui sera offerte par le Carré Bisson, partenaire de la Biennale.
 
Des rencontres et débats sur les nouvelles pratiques photographiques / novembre, médiathèque Marguerite Duras
– De l’art contemporain à la photographie : quels points de rencontre ?
– Entre utopie et dystopie, quelles représentations photographiques d’un futur monde humain ?
– Quelles perspectives pour la rémunération des artistes-photographes ? avec l’intervention de la SAIF et de l’ADAGP.
 
Une œuvre urbaine in situ  / novembre
Pour cette édition, l’affichage public sera le vecteur de diffusion du travail d’un artiste.